Poèmes

Ivan Dimitrov

Poèmes traduits par Marie Vrinat

 

L'homme a réglé ses comptes avec Dieu

il l'a jeté hors des cieux,

il a attendu un certain temps,

mais il sentait un manque tout en haut,

il s'est hissé sur la pointe des pieds

y a placé le Marché,

et de religieux est devenu consommateur.

il voulait être un surhomme

il s'est transformé en posthomme,

annonciateur de sa fin.

 

* * *

 

Le réfugié fusillé

1.

Jadis alors, oui, alors,

à l'époque du Réveil national,

les Bulgares ont fui de Bulgarie,

pour étudier, pour avoir une chance,

pour un jour revenir

et libérer le maudit

pays au peuple de moutons.

Jadis alors, oui, alors,

à l'époque de la Première Guerre mondiale,

les Bulgares ont tremblé aux frontières,

ils ont été tués aux frontières,

ils ont été écartelés aux frontières,

pour rentrer chez eux,

pour embrasser leur mère.

Jadis alors, oui, alors,

à l'époque de la Seconde Guerre mondiale,

les Bulgares ont de nouveau tremblé

aux frontières,

de nouveau ils ont été tués aux frontières,

de nouveau ils ont été écartelés aux frontières,

pour rentrer chez eux,

et voir leur mère morte.

Jadis alors, oui, alors,

à l'époque du communisme,

combien de Bulgares ont fui ce pays,

combien ont espéré aller à l'Ouest,

combien ont-ils sacrifié pour y parvenir,

combien d'entre eux sont tombés, tués aux frontières ?

Nous ne le saurons jamais. Jamais.

Jadis alors, oui, alors,

après 1989, à l'époque de la Transition,

combien de Bulgares ont fui,

combien d'entre eux vivent à l'étranger,

et comme ce n'est pas facile,

parce qu'on n'arrête pas de te mettre en boîte,

on n'arrête pas de t'humilier

et de te rappeler que tu viens de l'Europe de l'Est.

2.

Aujourd'hui la plupart des Bulgares haïssent les réfugiés,

c'est donc quelque part qu'ils se haïssent eux-mêmes,

leur histoire, leur passé, ce qui fait leur essence,

car toujours les frontières ont été notre problème.

Et qui sait quand on bougera dans Schengen.

Aujourd'hui les Bulgares oublient qu'ils sont humains,

mais l'ont-ils jamais su, senti,

agi, vu, flairé ?

Aujourd’hui, nos frontières sont fermées

aux réfugiés du monde arabe,

aujourd'hui on tremble à nos frontières,

on bafoue à nos frontières,

on déshabille à nos frontières,

on humilie à nos frontières,

on crache au visage des femmes,

je vous remercie, grade-frontières bulgares.

Je vous remercie, grade-frontières bulgares,

demain c'est vos enfants que l'on fouillera

aux frontières américaine et anglaise,

ils seront déshabillés par les mêmes crétins minables,

attardés, mal baisés, intolérants, grossiers, qui frappent,

jurent, tirent les cheveux, donnent des coups de pieds aux couilles,

tout comme vous,

et donc c'est vous qui l'aurez fait.

Aujourd'hui on tue à nos frontières,

après tous les parapluies, attentats1,

anciens tsars Premiers ministres2,

actuels Premiers ministres mafieux,

mafiosi, blanchisseurs d'argent, lutteurs3,

pompiers, anciens agents de la Sécurité d'État.

Après tout ce qui nous a rendus célèbres

dans le monde...

Après tout cela, nous avons tué un réfugié

à notre frontière.

Nous sommes les premiers dans l'UE

à le faire !

Il y a de quoi être fiers.

Peu importe, nous croisons rarement

nos garde-frontières.

Nous, c'est la police qui nous protège !

Je veux vivre

dans un monde sans frontières.

Alors il n'y aura pas

de fusillés qui auront transgressé

les frontières.

La différence entre les Bulgares

et les Afghans

réside dans quelques putains de kilomètres.

Des kilomètres qui tuent.

Par des tirs en l'air.

* * *

La guerre sainte

La Guerre sainte du XXIe siècle

est celle pour l'homme.

Pour qu'il recouvre la raison.

Pour qu'il recouvre la sagesse.

Pour qu'il recouvre l'esprit.

Pour qu'il recouvre la paix.

Pour qu'il recouvre son humanité.

Qu'est-ce qui lui a pris ?

Où s'est-il caché ?

Où s'est il retiré ?

Pourquoi s'est-il recroquevillé ?

Quand s'est-il barricadé ?

Ou bien il est allé travailler ?

Ou bien il reste chez lui au chaud ?

Ou bien il cherche du pétrole mitraillette au poing ?

Ou bien il va au Paradis mitraillette au poing ?

Ou bien il émigre du monde physique dans l'Internet ?

Comment faire revenir l'homme à l'humanité ?

Comment revenir nous l'humanité à l'homme ?

Comment reconquérir l'homme sur son temps ?

Comment résister humainement ?

Comment ne pas laisser échapper l'homme ?

L'homme est un ballon attaché à une corde,

il est retenu par deux doigts

et peut s'envoler à chaque instant.

Et alors : l'horreur.

Et alors : tous les enfers, écrits et non écrits.

Comment réconcilier l'homme ?

Comment réconcilier Bouddha, le Christ,

Allah et tous les autres ?

Comment nous réconcilier avec nous-mêmes ?

Comment mettre l'homme en paix ?

Voilà ça c'est une guerre.

C'est une guerre sainte.

La guerre pour l'homme en l'homme.

 

(Poème publié en français dans Chroniques du çà et là, Littératures européennes 1, n°8, avril 2016)

 

1Allusion à l'assassinat, perpétré en 1978, à Londres, par les services secrets bulgares, à l'encontre du dissident Gueorgui Markov, ainsi qu'à la tentative d'assassinat contre le Pape Jean-Paul II.

2Siméon II de Saxe-Cobourg Gotha, expulsé en 1946 avec sa mère et la famille royale de la Bulgarie communiste. Après être revenu en Bulgarie et avoir fondé un parti politique, les élections font de lui le Premier ministre de la Bulgarie de 2001 à 2005.

3Ce qui est visé, c'est le passé douteux d'un certain nombre d'hommes politiques au pouvoir en Bulgarie...

 

Imprimer