Mon prénom

Kristine.

Ce nom comme une forteresse m'isole

des autres mots.

C'est le clairon avec lequel on m'appelle.

Il survivra à mon corps

dans des registres et dossiers.

Tel un tunnel encombré.

Le tunnel par lequel je suis passée.


Traduit du bulgare par Marie Vrinat

Imprimer