CONSORTIUM « ALTERNUS », résumé

Léa Cohen, Consortium «ALTERNUS», Sofia, ed. Riva, 2005, 336 p. (env. 435 p. de 1500 signes)

«Qui se cache derrière le mythique holding financier «Alternus»? L’une des plus grosses fortunes, fondée avant la seconde guerre mondiale par un grand industriel et banquier bulgare, disparaît comme le Titanic, faisant naître légendes et vérités. Durant plus de quarante ans, les services secrets de trois Etats tentent de retrouver la fortune colossale du banquier juif Jules Calderon et de mettre la main dessus. Le roman, qui repose sur des faits réels du passé, est l’histoire de cette poursuite au cours de laquelle les poursuivis deviennent des poursuivants.

Telle est l’intrigue du roman qui met en scène les quatre personnages imbriqués dans l’histoire à la manière d’un puzzle qui se reconstitue peu à peu au fil de la lecture et des voyages dans l’espace (Sofia, Genève, New-York, Israël) et dans le temps.

Fin 1941: le gouvernement bulgare, pro-allemand, vote la Loi pour la Défense de la Nation , qui prive les Juifs de leurs biens, de leur travail et les oblige à porter l’étoile jaune. Jules Calderon, riche banquier et industriel juif (propriétaire de fabriques, d’une banque, d’une société d’assurance, de maisons et immeubles, d’actions) ami du roi Boris III, se voit éconduit dans sa demande de ne pas tomber sous le coup de cette loi. En deux jours, après avoir réuni sa femme, son fils Robert, son fidèle secrétaire Nouchkov et son ami, le jeune avocat Théodore Marinov, il met sur pied un consortium, «Alternus», dont les capitaux et les parts sont détenus par quatre personnes auxquelles il donne procuration: Robert Calderon (qui donnera bientôt procuration à son ami Jacques), Nouchkov, Marinov et un fidèle ami, Alexeï. Tout est organisé et mis en lieu sûr dans une banque américaine, via Chypres. Il ne reste plus rien, sur le territoire bulgare, de la richesse des Calderon. La fortune de ce consortium ne peut être reconstituée intégralement que sur présentation des quatre procurations. Une semaine plus tard, le vieux banquier et son épouse sont trouvés morts, asphyxiés par les gaz de leur voiture dans leur garage, quant au secrétaire Nouchkov, il disparaît sans laisser de traces.

Le destin d’Alexeï, de Théodore Marinov, de Jacques et de Robert Calderon change radicalement avec l’arrivée au pouvoir des communistes. Robert est torturé et abattu, Alexeï émigre en France, les Marinov doivent cohabiter avec la famille d’un milicien communiste frustre et grossier, quant à Jacques et à sa famille, ils finissent par suivre des milliers d’autres Juifs qui préfèrent gagner la Terre promise. Les services secrets bulgares et la Stasi tentent en vain de mettre la main sur le consortium «Alternus».

1989: le régime communiste s’effondre. Alexeï revient voir la Bulgarie de son enfance et raconte toute l’histoire à Eva Marinova, fille de Théodore, à qui il transmet sa procuration et une mission: la colossale fortune, convoitée par les gouvernements successifs, doit revenir à l’héritière des Calderon, Lisa Calder, pianiste de renommée internationale qui vit en Suisse et détient l’une des procurations. Mais il faut aussi retrouver celles de Lora, fille de Jacques, devenue Liat Benbassat en Israël où elle vit, et celle de Nouchkov ou de son héritier.

Eva Marinova va entreprendre ce jeu de pistes, non dépourvu de dangers, qui l’amène à New-York et de surprises en surprises, et tenter de démêler la véritable identité de Viktor Boukovski, alias Wayne Boukovski, alias?? …

Ce qui tient en haleine le lecteur, d’un bout à l’autre des quatre parties qui constituent ce roman, c’est non seulement l’intrigue faite de suspense et de surprises à rebondissements, construite à la manière d’un puzzle, mais aussi et surtout l’évocation de ces quatre personnages bien campés et de leurs destins qui se croisent et s’éloignent à plusieurs reprises selon les vicissitudes de l’Histoire. On retrouvera tout un pan de l’histoire non seulement bulgare, mais aussi européenne, de la veille de la seconde guerre mondiale jusqu’à la fin du XXe siècle.

Imprimer